A woman and pump water from a public fountain-Pomerini-Tanzania-Africa

En dépit de l’eau qui coule

La décision avait fait grand bruit. Dix ans plus tard et en dépit de la bonne volonté des 122 pays signataires de cette déclaration historique, les objectifs d’améliorations, prévus pour 2015, n’ont pas été tenus.

Pire, le Baromètre de l’eau, publié il y a quelques mois par Solidarité International, tire un bilan déprimant et prévoit une possible catastrophe sanitaire touchant 2 milliards d’hommes à l’horizon 2050 ! Sur cet enjeu de toute première importance, l’opinion publique semble assez difficile à mobiliser, les véritables composantes du problème sont souvent mal appréhendées. Il ne s’agit pas, dans la plupart des cas du strict manque d’eau, mais plutôt de l’accès à l’eau potable. Si l’on jette un coup d’œil aux réseaux sociaux, on s’aperçoit qu’au sujet de l’eau, revient sans cesse la déclaration malheureuse de Peter Brabeck (PDG Nestlé) qui, en 2005, comparaît l’eau à un produit de consommation « privatisable ». L’homme d’affaires a eu beau s’expliquer sur sa maladresse et déclarer qu’il était bien évidemment conscient des besoins vitaux en matière d’eau potable… Rien n’y fait : Les petits juges des réseaux sociaux publient et commentent en boucle cette déclaration tronquée vieille de 14 ans, en continuant à traiter Brabeck, qui n’est plus aux commandes de la boîte (de lait) depuis bientôt trois ans d’assassin, d’ordure ou de nazi. En attendant, les experts des questions sécuritaires, prévoient la possible disparition (pure et simple) du Yémen : 25 millions d’hommes et de femmes qui amorcent une « descente en enfer » (SIC !) Sur ce sujet, d’urgence absolue, les petits juges pantouflards des réseaux sociaux sont beaucoup moins loquaces… Trop occupés à se donner bonne conscience en insultant un ancien PDG rangé des voitures.
Pour en savoir plus.
https://www.solidarites.org

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles
Jouir sans faire de bruit